Accueil » Opinions » Entretien(s) » L'Archipel des Paracels au coeur du conflit entre la Chine et le Vietnam

L'Archipel des Paracels au coeur du conflit entre la Chine et le Vietnam


Bui Van Tieng
Bui Van Tieng

Bui Van Tieng, président de l’association des sciences et histoire de la ville de Da Nang

Le président de l’association des sciences et histoire de Da Nang s’exprime sur l’Archipel des Paracels occupé de force par la Chine en 1974.

Cet archipel dépend de la ville de Da Nang au centre du Vietnam.

Pourriez-vous revenir sur l’invasion ou l’occupation chinoise par la force dans l’archipel des Paracels en 1974 ?

Au début des années 1970, plus précisément en janvier 1974, la Chine a utilisé la force pour occuper nos îles. Aussitôt, le service de communication (Viet Tan Xa) du régime de Saigon (Vietnam du Sud) a discuté des moyens d’informer la communauté internationale.

Nous avons ainsi reçu beaucoup de soutien de la part des intellectuels dans le monde et il y a eu des manifestations contre la violence chinoise à l’époque.

De nos jours, les canaux de communication en 2016 par rapport à 1974 ont beaucoup progressé.

Nous sommes donc confiants de la transmission de nos messages et de nos points de vue vers la communauté internationale montrant notre réaction contre la militarisation des îles en mer orientale.


Avez-vous le sentiment que les efforts du Vietnam portent leurs fruits ?

La lutte de souveraineté du Vietnam sur les archipels des Paracels (Hoang Sa) et Spratleys (Truong Sa) est de plus en plus soutenue par la communauté internationale.

De plus, les Vietnamiens suivent au quotidien, avec beaucoup d’attention les activités de certains pays concernés notamment les Philippines et la Chine pour mieux réagir.

Par exemple, nousavons envoyé une note diplomatique à l’Onu quand la Chine a installé en 2014 sa plateforme de forage sur notre territoire.

Par ailleurs, le porte parole du ministère vietnamien des Affaires Etrangères avait affirmé le point de vue de notre gouvernement concernant les actions touchant nos intérêts.

Nous avons aussi envoyé un signal fort au problème de la libre circulation en mer orientale.

Dans la guerre des médias concernant la souveraineté du Vietnam, dans les dernières années, nous nous concentrons sur les preuves de notre souveraineté.

Nous affirmons que depuis longtemps, les Vietnamiens ont contrôlé les îles comme les Paracels au moment où elles étaient encore inhabitées.

Mais depuis ces dernières années, nous changeons de voie pour montrer au monde que la libre circulation et la sécurité de circulation en mer orientale seront assurées si la Chine ne vole pas nos îles.

Les Vietnamiens sont les maîtres sur ces îles depuis la Dynastie des Nguyen.

Le roi Minh Mang avait envoyé des troupes pour construire et implanter des phares sur ces îles…


Quelles sont les preuves ou les documents justifiant ce que vous dites ?

Parmi les preuves, nous avons des cartes et un document officiel diplomatique qui a de la valeur. Nous possédons une carte et une note diplomatique montrant que les archipels des Paracels et Spratleys se situent au 17eme parallèle appartenant au régime du Vietnam du Sud.

Cette carte est dans un musée à Da Nang. Cette carte a un caractère international.

La ville de Da Nang est en train de construire un musée sur les iles Paracels et Spratleys. Toutes les cartes en mer orientale seront exposées au Musée.

Nous avons aussi une carte accompagnée d’un décret du régime en 1969 qui relie les îles paracels à la ville de Da Nang.


Le Vietnam peut-il faire fléchir la Chine notamment au sujet de la question de la libre navigation ?
Nous considérons qu’il y a une seule vérité et une seule justice. Cependant, nous savons qu’il ne sera pas si simple de faire accepter cette seule vérité et seule justice à la Chine.
Pendant le G20 récemment en Chine, la Russie avait annoncé son soutien à ce pays.
Pendant le jugement de la Cour permanente d’arbitrage, le Vietnam a declaré soutenir la position des Philippins sur cette question.
Nous savons que la Cour permanente d’arbitrage n’a pas le pouvoir de faire respecter et appliquer son jugement à la Chine.
Cependant, nous respectons et apprécions la décision de la Cour d’arbitrage de donner tort à la Chine.
Sur un autre point, les Philippins ont demandé à la Cour de dire si la carte de la langue de bœuf ou la ligne en 9 traits est conforme à la Convention de Montego Bay. Nous sommes ravis de la décision de la Cour et l’apprécions hautement.
Le fait que la Chine ait refusé de reconnaître cette sentence est normale parce qu’elle avait préparé cela bien avant la décision.


Est-ce le début d’une nouvelle guerre froide ou bipolarisation du monde ?
Nous sommes désormais dans un monde multipolaire. Les grands pays ont des intérêts qui diffèrent et cela demeure toujours une source de conflit.
Mais, c’est aussi grâce aux intérêts qui les divisent qu’ils vont faire des accords ensemble.
En 1974, quand la Chine a utilisé la force contre nous pour occuper ou envahir les îles Paracels, les Américains avaient des flottes dans la région mais ils n’ont rien fait.
De même, pendant la guerre au récif de Gac Ma en1988 dans l’archipel des Spratleys, les Russes qui étaient à Cam Rang (Nha Trang) n’ont rien fait non plus.
Le fait que Poutine déclare soutenir la Chine, c’est juste pour des intérêts de la Russie mais pas une réelle alliance. C’est un jeu stratégique de Poutine pour servir son propre intérêt.
Le fait que la guerre froide revienne dans la région est peu probable.


La guerre n’est pas la meilleure solution pour résoudre ce conflit. Qu’en dites-vous ?
Notre Président avait déclaré à Singapour : « S’il y a une guerre en mer orientale, il n’y aura pas de gagnant.»
Cette déclaration ne veut pas dire que le Vietnam va rester sans rien faire face a l’expansion de la Chine.
Notre position est de favoriser la stabilité et la paix dans la région.
Pour un peuple qui a beaucoup souffert, nous connaissons bien les avantages de la paix. Les Vietnamiens ne tireront pas en premier.
Mais cela ne veut pas dire qu’en cas d’attaque chinoise, il n’y aura pas de riposte.

Nous espérons que le monde s’intéresse à 3 choses :

Premièrement, ce qui est à César appartient à César autrement dit Hoang Sa ou l’archipel des Paracels nous appartient avec des preuves claires.
Ensuite, la plupart des îles Spratleys ou Truong Sa nous appartiennent également.
Enfin, nous soutenons la libre circulation maritime et la protection de l’écosystème en mer orientale parce que la Chine détruit énormément l’environnement à cause de ses constructions illégales.
Sur le plan juridique ou du droit international, nous allons bénéficier de l’expérience des Philippines suite à la décision de la Cour permanente d’arbitrage de la Haye.
Le plus important, c’est la Convention des Nations unies sur le droit de la mer ou la Convention de Montego Bay (Unclos) qui précise en quelque sorte que pour respecter le droit, il faut tout d’abord avoir des droits justes.
Le jugement de la Cour va aider les Vietnamiens à mieux comprendre Unclos.
Par exemple, ce jugement nous permet de savoir que tous les récifs de rochers ne sont pas des îles…
Après la sentence de la Cour d’arbitrage, il y a plusieurs appellations et statuts différents.
Si jamais, il faut passer à la Cour, nous sommes confiants au Vietnam de pouvoir gagner notre bataille juridique car nous disposons des preuves historiques et juridiques.


Publication : 01-2017

Fil info

08-2022  : Le Bénin, un pays prometteur 08-2022  : L'historique voyage du Président Patrice Talon à Tallinn 07-2022  : L'organisateur et le leader de toutes les victoires de la révolution vietnamienne 05-2022  : L'Indonésie en immersion 04-2022  : Les chefferies de l'ouest Cameroun en escale au musée du quai Branly